Le Chemin profond de Kenneth White : Du chamanisme à la géopoétique

Michele Duclos

Auteur d’une œuvre multiple et une à la fois, qui est l’une des plus puissantes de notre temps, Kenneth White a, dès ses débuts, assigné à l’activité poétique un rôle premier et essentiel dans la vie d’une société humaine. Sans qu’il s’agisse de modèles à imiter, il se réfère volontiers, par exemple, au rôle de la poésie homérique dans la culture grecque et, plus primitivement encore, au rôle du chamane dans un groupe paléolithique, néolithique.

Le but de cet essai est de suivre les traces de ce que l’on pourrait appeler un cheminement chamanique dans l’œuvre de White.
Mais il convient au départ de dépouiller le terme « chamanisme » de sa dénotation et de ses connotations tant historiques que folkloriques, de le rationaliser en quelque sorte, comme le fait White, pour n’en conserver que l’essence ontologique intemporelle.
Le chaman, dans une collectivité, remplit une fonction qui repose sur l’usage…

Voir l’article original 1 825 mots de plus

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s